Blog

Compte-rendu de la formation du 8 mars 2017 à Paris

Compte rendu du Colloque/Formation 8 mars 2017 « Femmes dans la cité, prévention de la radicalisation » organisé par Serenade Chafik et Jennifer Lempert de  l'association Les Dorines : voir lien ci-dessus: 

https://lesdorine.org/

- Intervention de Frédérique Calandra, la Maire de Paris 20ème :

   * elle a rappelé que le 20 ème arrondissement de Paris était un arrondissement d'accueil de toutes provenances
   * elle a rappelé qu'elle est intervenue sur l'affaire de la crèche Baby-Loup,  et également depuis peu sur une "crèche loubavitch" qui refusait la mixité genrée des bébés 
  * elle a rappelé que son combat pour l'égalité des femmes et des hommes dure depuis 14 ans sur le terrain, que la lutte pour la mixité des genres était une priorité du quotidien 
  * elle nous a aussi fait part de l'insécurité du rôle des élus face au communautarisme,  en demandant de soutenir une élu de BAGNOLET.

- Intervention de Muriel Domenach, Secrétaire générale du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (SG-CIPDR): 
Voir lien du CIPDR ci-dessus: http://mobile.interieur.gouv.fr/SG-CIPDR/CIPDR

  * rappel: 27,5 % des 13 000 signalements sont des femmes
  * rappel: 290 femmes françaises sont en Syrie, ces dernières partant pour leur HIJRA (exil littéralement), c'est à dire en tant que procréatrices de "lionceaux",  terme utilisé pour les  futurs guerriers 
  *rappel:  la proportion augmente chez les mineurs
  * les moyens mises en oeuvre pour la prévention sont
. la plate-forme du numéro vert de stop djihadisme: 0800 00 56 96, 
. la e-formation du cipdr, 
. la campagne "toujours le choix"  de stop djihadisme, 
. Les méthodes de contre-discours tel que Hasna-Hussein, chercheuse associée à l’Observatoire des radicalisations (EHESS-FMSH, Paris) et au Centre Émile Durkheim (UMR5116, Bordeaux) / Qualifiée Maîtresse de conférences en sections 19 (Sociologie) et 71 (Sciences de l’information et de la communication), les développent

Voir le lien ci-dessus:  

https://durkheim.u-bordeaux.fr/Notre-equipe/Chercheurs-et-enseignants-chercheurs-associes/CV/Hasna-Hussein

. L'association Parle moi d'islam 

Voir le lien ci-dessus: 

http://www.parlemoidislam.com/

 

. Une pièce de théâtre: Djihad d'Ismaël Saïda

Voir le lien ci-dessus: 

https://djihadspectacle.com/

  * Muriel Domenach a mis en avant le fait que le statut des femmes djihadistes était autant "victime" que "bourreau"
  * elle rappelle également que les musulmans n'avaient pas à s'excuser d'être musulmans
  * elle nous explique également que les femmes djihadistes ont développé un "concept féministe" qui justement porte les "valeurs du djihad"
  * le cipdr est en étude d'une prise en charge pour qu'il y ait une autre tentative (suite aux questions du publique présent) de une mise en place et d'une amélioration de la prévention dans un centre du type de celui de Pontourny. 
  * le cipdr traite également les retours de Syrie des femmes et des enfants, en prenant en charge les enfants, plus précisément il y a des placements dans leurs familles comme il y aurait des placements en pouponnière.

- Intervention de Sabine Choquet, chercheuse permanente au Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) à l’Université du Québec à Montréal, après avoir été durant deux années chercheuse associée au CEVIPOF (Sciences Po, Paris). Elle est également chercheuse associée à l’Observatoire des radicalisations et membre de l’Observatoire international de la sortie de la violence.  Détentrice de la bourse d’excellence Marie Curie pour chercheur confirmé, elle a reçu plusieurs prix de recherche internationaux.

Voir lien ci-dessus: http://choquetsabine.com/

  * elle explique, dans une analyse anthropologique (étudiée depuis 2003 sur plusieurs pays), que les terroristes sont devenus des "héros populaires", tel que Ben Laden,  ils sont pour les femmes des "héros guerriers"
  * elle nous apprend que les "radicalisés"  sont dans une logique "d'aider" et non de faire la guerre,  ils ne sont pas dans une logique "nihiliste" 
  * elle nous apprend également que les constructions actuelles des "contre-discours" ne sont pas productives et ne font que renforcer leurs opinions
  * elle nous invite à une écoute, une "empathie"  pour que la "victime de radicalisation"  soit elle-même actrice de leur "déradicalisation", car la déradicalisation est un acte qui ne peut venir que du radicalisé. 

  - Intervention Clotilde Lepetit, ancienne Secrétaire de la Conférence du stage (promotion 2006) elle dispense des cours d' "expression et audiences" à l'Ecole  de Formation du Barreau de Paris et participe également à la formation des jurés de Cour d'Assises de l'Ordre des Avocats de Paris.
 Elue Membre du Conseil National des Barreaux pour un mandat de trois ans, elle est en charge de la Présidence de la commission égalité professionnelle et lutte contre les discriminations, elle est intervenue notamment sur  certaines affaires médiatisées commes les affaires dites des "tournantes de Fontenay", du "gang des barbares", des "pirates somaliens et du carré d'as", du "viol conjugal".

  * elle nous a fait part de son expérience en tant que professionnelle,  et à répondu à nos questions d'ordre juridique, je préfère vous communiquer son site, de peur de mal retranscrire, voir les liens ci-dessus: http://www.clotildelepetit.com/

  - Intervention de Nawel Oumer, Secrétaire nationale à la Justice et aux libertés publiques du parti socialiste, avocate au barreau de Paris. Elle est Conseillère de Paris déléguée à la petite enfance et à la protection de l’enfance. Elle est également Conseillère d’arrondissement à la Mairie du 11ème arrondissement de Paris :

  * Elle est intervenue en tant que conseillère de Paris, sans militantisme partisan, elle nous a expliqué  le plan d'action de la collectivité territoriale de Paris: 
                                   - Prévention 
                                   - Judiciaire 
                                   - Sécurité 
  * Elle a mis en place une formation pour la prévention de la radicalisation et de la délinquance sur une bonne partie des agents et fonctionnaires de la ville de Paris 
  * elle nous explique l'importance de l'implication des familles et la transversalité du traitement des cas.

  - Muriel Salmona, est une psychiatre française. Elle est la fondatrice en 2009 de l'association Mémoire traumatique et victimologie, organisme d'information et de formation destinées aux victimes de violences dont elle est l'actuelle présidente.

Voir le site ci-dessus: http://www.memoiretraumatique.org/

  * elle nous apprend que la violence intra-familliale, dès l'enfance est le facteur de la violence en développant un mécanisme psychotraumatique.
  * les chiffres sont de l'ordre de 84 000 pour les  filles et 14 000 pour les garçons,  96 % des victimes sont des enfants. 
  * les victimes développent une anesthésie émotionnelle (sécrétion d'endorphine et/ou adrénaline), ce qui ne veut pas dire qu'elles ne sont pas traumatisées, et deviennent des cibles à la radicalisation en "situation prostitutionnelle",  c'est à dire que les victimes se dissocient de leur traumatisme et tombent sous emprise par accoutumance, comme elles peuvent tomber dans la drogue ou l'alcoolisme.

  - Intervention Laetitia Nonone, Représentante du CNV, Conseil National des Villes :
  
Voir le site ci-dessus :

http://www.cget.gouv.fr/actualites/le-conseil-national-des-villes-remet-ses-avis-a-patrick-kanner-et-helene-geoffroy

  * elle a émis les avis du CNV sur une stratégie de prévention contre la délinquance et la radicalisation: 

1 L’éducation des enfants et notamment le respect de l’égalité filles-garçons
2 La formation des acteurs de premier rang (travailleurs sociaux des collectivités, animateurs de clubs sportifs, éducateurs, enseignants, élus…) 
3 Le renforcement des liens entre les parents et les enfants pour un dialogue à renouer
4 L’adaptation et le renforcement de la présence sociale « sur le terrain ».

  - Intervention de Daniel Lenoir, directeur du général du CNAF, Caisse Nationale des Allocations Familiales .

   * présentation de la charte de la laïcité appliquée aux employés en exercice dans les service du CNAF, cette charte est similaire à la charte de la laïcité des écoles. 

Voir lien ci-dessus: https://www.caf.fr/ma-caf/caf-d-ille-et-vilaine/qui-sommes-nous/la-charte-de-la-laicite-de-la-branche-famille-avec-ses-partenaires

   * il nous explique également que les agréments CAF des colonies, centres de loisirs, crèches étaient dans l'obligation de ne pas faire de prosélytisme 

   * il nous a également expliqué que la charte ne s'étendait pas aux usagers, que tout usager avait accès à leurs services sans être soumis à cette charte, en rappelant que comme la loi l'indique l'interdiction d'avoir le visage dissimulé.

Nous essaierons de compléter le compte-rendu pour plus de fidélité en rajoutant le lien vidéo dans les jours qui viennent.

 

Yamina MAHBOUBI 

Présidente de l'Association Je Suis France 

Lire la suite

Journée nationale d'hommage aux Morts pour la France

Aujourd'hui le 5 décembre 2016 : journée nationale d'hommage aux "Morts pour la France" pendant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie.

Cette journée d'hommage a été instaurée par le décret n° 2003-925 du 26 septembre 2003. Elle a donné lieu à une cérémonie d'hommage à Paris, le 5 décembre 2013, en présence de Kader Arif, ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants, quai Branly, devant le Mémorial national de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.

 

 

Paris memorial de la guerre d algerie et des combats du maroc et de la tunisie

Mémorial du quai Branly

Le Mémorial national de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie est un monument aux morts érigé sur le quai Branly

 

Yamina MAHBOUBI 

Présidente de l'Association Je Suis France

 

 

Bienvenue sur le site de l'association Je Suis France

L'association Je Suis France se dote d'un nouveau site internet, ce site vous permettra de suivre l'association Je Suis France et de rester en contact avec nous. Il permettra également aux adhérents et à toutes personnes ayant besoin de nous, d'être informé des prochains événements, actions, assemblées générales et de toute l'actualité  de l'association.

Ce site est actuellement en construction, mais nous travaillons activement pour que Notre Association se dote d'un site web complet et utile Fb img 1463865486488 !

Nous vous souhaitons une bonne visite sur notre site Internet !

Attentat à l'Eglise de St Etienne du Rouvray

Paix à l'âme de nos frères chrétiens, de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, au sud de Rouen. 
Mes frères par la République Française et par ma foi spirituelle, ils me rendent malade, nous ne devons pas nous effondrer,  nous devons avoir la rage de vivre ensemble contre eux. Faisons front commun, ne nous laissons pas aller à la division haineuse qu'ils désirent tant.
Je suis frappée par l'incompréhension, la colère,  la tristesse de cette acte ignoble, je le suis aussi pour une question: Comment ce fait il que les églises n'ont pas été sécurisées en plein état d'urgence,  alors qu'on sait qu'ils ne se gênent pas de tuer les chrétiens à travers le monde ?

 

Yamina MAHBOUBI 

Présidente de l'Association Je Suis France 

Le ridicule d'opposer nudité et burkini

Quand Caroline Fourest propose la nudité en manifestation contre le burkini (article Marianne du 17/08/2016), c'est complètement con !!!! C'est toujours une instrumentalisation du corps des femmes !!! On n'est pas que des corps,  entre le Burkini et être à poil,  il y a un maillot de bain !!! Entre le voile et être à poil, il y a le vêtement,  Alors les délires d'exhibition de vagins et de seins,  j'ai déjà mon compte avec le gynécologue et mon homme merci !

 

Marre de tout c'est toujours les femmes dans ces histoires de "merde" qu'on torture psychologiquement,  soit on est des "putes à violer" soit on est des "puritaines soumises", donc je n'ai ni envie d'être à poil,  ni envie d'être bâchée, je n'ai rien contre les voiles, comme je n'ai rien contre le burkini, celles qui se font avoir  en étant dans ces extrêmes intrusmentalisations de notre corps réveillez vous, ne vous laissez pas être réduites qu'à l'objet sexuel à laquelle en 2016 encore,  on souhaite nous enfermer.

 

Donc pendant qu'on fait diversion #abracadaburkini #abracadavoile #abracadaislamdefrance #abracadaect...  

En juillet, 55% des appels au 115 n’ont jamais abouti. C’est le triste constat d’un rapport de la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (Fnars). Sur les 21.506 personnes ayant contacté le numéro d’urgence, un chiffre en hausse de 2,4% par rapport au même mois l'an dernier, 11.908 "n'ont jamais été hébergées".

 

La spiritualité religieuse n'est pas en cause. Ce sont les politiques et polices religieuses qui le sont, rappelons que la République Française et la laïcité ne sont pas les ennemis des religions, et les religions ne sont pas les ennemis de la République Française et de la laïcité.

 

Yamina MAHBOUBI 

Présidente de l'Association Je Suis 

 

 

Projet de la marche de la fraternité républicaine

Ce midi et cet après-midi nous avons été au marché de St Paul, puis dans les rues du quartier Sanitas à la rencontre des habitants, nous avons croisé un membre de l'association plurielle qui était comme nous sur le terrain place Theuriet,  dialogues, échanges, toujours dans la promotion des valeurs républicaines et laïques. L'association Je suis France a contacté les membres de l'association TCS pour initier une manifestation "la marche de la fraternité républicaine",  nous avons eu de l'enthousiasme des musulmans, des chrétiens,  des juifs, des athées,  des agnostiques prêts à montrer ce vivre ensemble républicain qu'on veut nous casser.
Nous vous tiendrons au courant de la suite 

Présidente de l'Association Je Suis France 
Yamina MAHBOUBI

Chevèment pour gérer l'islam de France ?

Le choix de chevènement pour "l'islam de France"  n'est pas le problème,  c'est le fait d'initier "l'islam de France" après avoir fait le cfcm qui est du "Foutage de gueule",  c'est une insulte à notre constitution,  nos lois et à nos valeurs communes républicaines et laïques,  bref une perte totale de confiance en ce qui fait notre pays, sans compter une mise sous tutelle d'une religion, l'islam, c'est complètement illégal,  et insultant envers les croyants musulmans,  comme si c'était le problème.
Des sectes nihilistes inspirées de l'islam peuvent être éradiquées par l'application de nos lois,  et l'action du " mivilude", sinon quelle est son action ?

 

Lire la suite

Ceci n'est pas la laïcité

Cette scène de la police municipale de Cannes (le 23/08/2016) verbalisant et faisant déshabiller cette femme endormie sur la plage, portant un petit foulard bleu ciel,  est scandaleusement anti-laïque et anti-républicaine. 

Dans les divers perceptions,  on ne peut pas nier les ressentis, certains voient un sentiments de colonisation religieux de par l'apparat, et ces femmes voilées ont la double peine d'avoir une "inquisition"

 

Comme la loi ne peut interdire le voile dans l'espace public, le cheval de Troie du décret antiburkini devenu légitime depuis l'affaire Corse,  on verbalise le voile dans un espace public, ça porte à conséquence à incriminer les femmes voilées qui n'ont pas du tout la symbolique qu'on leur prête. Au lieu de s'en faire des alliées en luttant contre la violence urbaine, le sexisme, l'insécurité, en offrant des  perspectives d'avenir en dehors de toutes soumissions phallocrates,  et en développant un sentiment d'appartenance aux valeurs républicaines et laïques. On les braque,  pousse au repli.

Non ce n'est pas la laïcité,  ni la République Française. 

La République Française et la laïcité ne sont pas les ennemis, l'obscurantisme oui, ne tombons pas dans le piège de la division haineuse,  soyons fraternels 

 

Yamina MAHBOUBI 

Présidente de l'Association Je Suis France 

Remerciements aux habitants et acteurs du Sanitas

Les principes républicains et laïcs se partagent au Sanitas dans les boutiques, boucheries, bars et locaux associatifs, nos initiaves sont bien accueillies, L'association Je suis France remercie les habitants et acteurs du Sanitas.

 

Dsc 0074

 

 

Dsc 0082Fb img 1464714753501

Lire la suite

Le 21/10/16 le Conseil d'État tranchera sur les crèches en mairie

 

Ce billet fait suite à la prochaine décision du 21 octobre prochain, le Conseil d'État va trancher définitivement cette question :

Je vois les crèches comme une tradition culturelle française et non religieuse,  donc je ne vois pas le mal de voir une crèche de Noël dans une mairie, leur interdiction n'a pas lieu d'être d'après moi.
Nous sommes imprégnés du culture post-révolution, nous avons un patrimoine historique qui n'est visiblement pas laïc si je suis le raisonnement d'un camp laïc différent du mien, la laïcité n'est Pas l'absence d'ornement historique même si celui-ci est empreint d'allegorie chrétienne,  désolée je ne suis aucunement chrétienne pour avoir ce jugement pourtant. Je peux transposer la même logique talibanne aux destructions des bouddhas,  ou encore aux daechiens ayant détruit palmyre,  heureusement il reste encore quelques pyramides que les nihilistes n'ont pas détruites, non sérieusement je ne vois pas la République Française bafouée par des petites poupées, non du tout.

Rappelons que l'article 28 de loi 1905 n'interdit pas l'exposition d'une crèche dans nos bâtiments publics,  n'allons pas dénaturer cette loi, c'est une exposition, donc une exposition autorisée, sinon pourquoi depuis 1905,  il n'y a jamais eu ce cinéma, nous connaitrions mieux la loi 1905 que ceux qui l'ont conçus ? Ce sont les mêmes qui ont laissés les crèches existaient, n'est ce pas Aristide Briand. 

 

Article 28

Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions.

http://assojesuisfrance.e-monsite.com/pages/loi-1905-separation-des-eglises-et-de-l-etat.html#1B9PGb2Kdeu78M7J.99

 

Yamina MAHBOUBI 

Présidente de l'Association Je Suis France 

Soutien de la Mosquée de Bouzignac

L'association Je Suis France a pris contact avec la Mosquée de Bouzignac de Tours, place Guido d'Arezzo

Nous avons exposé notre démarche de manifestations de la fraternité républicaine prévu le 31 juillet 2016 à Tours qui débutera à 16 h place de la liberté pour finir à la mairie de Tours.

La mosquée de Bouzignac: 

"Que la Paix soit sur vous, nous avons décidé de communiquer pour cette marche citoyenne que nous soutenons.

Nous espérons la présence de nos concitoyens musulmans. Cordialement "

 

 

En rappelant aux habitants de Bouzignac qu'on souhaite leurs présences dans toutes ses couleurs et ses croyances.

 

Polémique décret burkini

Bande de sales hypocrites qui dénoncent une ségrégation du décret anti-burkini,  soyez honnêtes, cette tenue est une ségrégation aux autres tenues,  vous êtes complexées vous ne voulez pas être vues,  mais vous vous gênez pas de voir les autres dans leur simple appareil.
Maintenant j'en ai marre de toutes ces conneries,  vous êtes 2 camps de débiles qui divisent les français communautairement :
- l'un cherche à créer une main-mise d'une potentielle force politique-religieuse non spirituelle. Une classe de prétentieux qui se prémunit d'une "supériorité"  intellectuelle sur les autres désintéressés en agitant le chantage à l'islamophobie,  le mimétisme du "bobo" sur le "bidochon" version musulmane, bref ces manipulateurs provocateurs jouent "l'élite musulmane" en faisant du business à la "black panthers",  on a plein de franchisés: ccif, pir, alkanz, etc...
- Le fn n'étant plus vraiment un croque-mitaine crédible pour faire peur, à cause des nihilistes terroristes se revendiquant de l'islam, peur de laisser le terrain aux musulmanophobes (terme emprunté à Smain Goudane), chacun y va de sa provocation à la division,  en faisant des stériles décrets,  en ayant fait un cfcm, en voulant rajouter une couche avec un islam de France, ces  quelques exemples ne sont qu'un échantillon,  hypocritement ces mêmes diviseurs se battent pour défiler les vendredis pour la prêche les veilles de campagne. Mais aucuns d'entre eux, ne cherchent à réparer les dégâts du chômage,  du mal et sans logement, de la crise économique,  du dysfonctionnement de l'ue qui entrave la bonne marche de notre République Française, de la baisse de niveau de nos institutions scolaires et de la lutte contre l'illettrisme,  de la lutte pour l'amélioration de la condition des femmes (surtout que la classe politique est gangrenée par leur problème de slip) etc...
Vous me les cassez à vous nourrir mutuellement comme des vautours sur les haines que vous engendrez. 

Appliquez nos lois surtout celle de 1905 séparation des Églises et de l’État !!!

Lire la suite

La décision du Conseil d'état du 26/08/2016

20160826 161547

 

La décision du Conseil d’Etat concernant l’arrêté de Villeneuve-Loubet se veut un arrêt de principe. Il permet d’affirmer que, en cas de recours, les autres arrêtés pourront eux aussi cassés par la plus haute juridiction administrative française.

L’ordonnance du Conseil d’Etat précise également que « l’arrêté litigieux a ainsi porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle. »

Dans cette décision qui fera autorité pour toutes les juridictions administratives de France, le Conseil d’Etat rappelle à tous les maires qui ont invoqué le principe de laïcité qu’ils ne peuvent se fonder sur « d’autres considérations » que l’ordre public, « le bon accès au rivage, la sécurité de la baignade ainsi que l’hygiène et la décence »pour interdire l’accès aux plages. (source le monde du 26/08/2016).

 

L'association Je suis France espère que ces polémiques stériles cesseront. Donnez des perspectives d'avenir par l'emploi serait un bon début.

 

Note: Nous projetons (naïvement en apparence) de faire un imagier, nous en avons assez de voir les confusions faites au nom de la laïcité, on joue à se haïr à cause de mauvaise perception,  de méconnaissance entretenue par des doubles voir triples discours

 

 

Lire la suite

Marche de la fraternité républicaine du 31 juillet 2016 Tours

Magnifique travail artistique (voir photo d'illustration) d'un participant, AM, de la marche de  fraternité républicaine de ce jour, bravo

Lire la suite

Averroes père de la laïcité

Ibn Rochd ou Averroès tel qu’il est connu en Europe, a vécu entre l’Espagne et le Maroc. Surnommé "Le Commentateur" par ses pairs, c’est son analyse des œuvres d’Aristote qui le rendra célèbre en Occident. C’est aussi le "père de la laïcité" car il tentera de séparer raison et foi. Cela lui causa bien des ennuis tant de la part des chrétiens que des musulmans: on le traita d’hérétique et ses livres furent brûlés.

 

 

 

 

 

 

Pourquoi la manifestation du 31 juillet 2016

Nous sommes en République Française,  on a pas à être identifié par notre appartenance religieuse,  surtout si nous sommes français de la République dans toutes ses couleurs et ses croyances, laïques.
La République doit être unie, ne tomber pas dans le piège de l'obscurantisme qui cherche à nous diviser.
La République est neutre, elle ne reconnaît aucune race, ni aucune religion d'état,  elle nous laisse dans notre individualité notre liberté de croyances, notre liberté de culte.
C'est par notre individualité que nous manifesterons le dimanche 31 juillet à Tours rdv  place de la liberté  à 16 h pour notre République Française avec FRATERNITÉ RÉPUBLICAINE


Yamina MAHBOUBI 
Présidente de l'Association Je Suis France 
Rachel AIM 
Vice-présidente de l'Association Je Suis France 
François NORELLE 
Secrétaire général de l'Association Je Suis France 

Atelier républicain du 14/07/2016

​Notre élu municipal monsieur Aluchon, nous a fait l'honneur de vétir le tee-shirt de l'Association Je Suis France,  au menu atelier dessin et d'expression orale autour des Droits de l'enfant, nous avons respecté le droit à l'image de nos jeunes en cachant leur visage avec du rouge.

Un match de football ⚽ avec les jeunes. Enfin un goûter bien mérité

Lire la suite

Le nom des 84 victimes des attentats du 14/07/2016

Elles et ils avaient toutes les couleurs et de toutes les religions de notre République Française, elles et ils étaient venus célébrer la naissance de notre République Française, elles et ils ont été sauvagement assassinés pour notre République Française,  soyons solidaires ne nous laissons pas aller à la haine,  luttons ensemble pour notre cohésion républicaine et fraternelle, rendons hommage à nos défunts ( voir la suite source le point du 19/07/2017)
"C'est la fin d'une attente insurmontable pour les familles. Les 84 victimes décédées de l'attentat de Nice, perpétré jeudi soir par un homme qui a foncé dans la foule avec son camion sur la promenade des Anglais, ont été formellement identifiées, a annoncé mardi le parquet de Paris à l'Agence France-Presse. L'identification répond à un processus strict, où intervient une commission composée de divers spécialistes médicaux. Après cette identification peuvent être délivrés les certificats de décès et les permis d'inhumer, qui permettent de restituer les corps aux familles.
Des Niçois, des familles en vacances, de très nombreux étrangers, et aussi dix enfants et adolescents : voici des éléments collectés par l'Agence France-Presse sur les vies fauchées par l'attentat qui a fait 84 morts jeudi soir à Nice.

Silan Aydin, 19 ans, une lycéenne allemande de Berlin ayant aussi la nationalité turque, faisait partie d'un voyage de classe dans le sud-est de la France. Sa meilleure amie, Selma, 18 ans, est également décédée, ainsi qu'une enseignante qui accompagnait le groupe, Saskia Schnabel, 29 ans. Silan faisait partie d'une famille de huit enfants. « Silan voulait absolument passer son bac et changer le monde », a déclaré son grand frère Harun, 33 ans, au journal Bild am Sonntag. « Elle voulait devenir médecin ou scientifique. Elle était studieuse, elle lisait beaucoup, surtout des livres japonais », a-t-il ajouté. Silan et sa copine Selma étaient « inséparables », selon lui. Quant à leur enseignante Saskia Schnabel, elle avait étudié la littérature allemande, l'histoire et les sciences politiques à Bayreuth et Bamberg en Bavière (sud de l'Allemagne), avant d'enseigner l'allemand à Berlin, selon sa grand-mère interrogée par le quotidien Bild.

Myriam Bellazouz, 29 ans, avocate à Nice. « Elle plaidait chacun de ses dossiers avec talent et avec passion. Elle avait toujours le sourire et jamais je ne l'ai vue s'emporter avec un confrère, sauf à la barre, lorsque les intérêts de son client étaient en jeu », a témoigné le bâtonnier de Nice Jacques Randon, qui a confirmé son décès à l'Agence France-Presse. La jeune femme a été tuée avec sa mère Léa Mignaçabal, 68 ans.

David Bonnet, 44 ans, pisciculteur. Originaire de Nérondes, dans le Cher, ce père d'une fille de 21 ans s'était installé dans les Alpes-Maritimes à Roquebillière (50 kilomètres de Nice) avec sa nouvelle compagne, légèrement blessée dans l'attentat. Il était par ailleurs le fils du premier adjoint au maire de Nérondes. « C'est une famille qu'on connaît bien », a confirmé à l'Agence France-Presse le maire de cette commune de 1 600 habitants, Roland Gilbert. « Tout le monde est sous le choc, je n'ai pas de mots. »

Laura B., 13 ans et demi, de Nice. « J'ai perdu ma fille jumelle », a dit son père, Jacques, à BFM TV. « Elle ressemble comme deux gouttes d'eau à sa soeur. Quand je la verrai, j'aurai l'impression de la voir », a-t-il ajouté des larmes dans la voix.

Adib Bousfiha, 51 ans, se déplaçait en fauteuil roulant et était comptable dans une institution accueillant des travailleurs handicapés près de Grenoble. Sa femme Céline, également présente sur la promenade des Anglais lors de l'attentat, est portée disparue. Les deux enfants du couple, Laurie, 17 ans, et Mathieu, 21 ans, ont eux survécu à l'attentat. « Ce n'est pas facile, ils sont à la recherche de leur maman. Ils ne savent pas si elle est parmi les blessés », a expliqué à l'Agence France-Presse Georges Civet, maire de Beaucroissant (Isère), où vit la famille.

Aldjia Bouzaouit, 42 ans, Algérienne. Cette mère de quatre enfants, née à Sétif, était venue assister au feu d'artifice avec ses proches. « Elle voulait prendre une glace sur la Promenade », a dit à Nice-Matin sa soeur Celoua, 28 ans.

Odile Caléo et Mathias Billiez, enseignants. Le couple, installé à Nice, était venu assister au feu d'artifice avec leurs trois enfants mais aussi les parents et la soeur d'Odile, selon Nice-Matin. La mère d'Odile, Jocelyne Caléo, est elle aussi décédée dans l'attentat, selon des proches contactés par l'Agence France-Presse. Le collège-lycée privé de Nice dans lequel travaillait Mathias en tant que professeur de mathématiques lui a rendu hommage sur son site internet, décrivant un enseignant « très investi et très apprécié » de ses collègues et élèves.

Linda Casanova Siccardi, 54 ans, touriste suisse. Cette inspectrice des douanes se trouvait en vacances sur la Côte d'Azur avec son mari Gilles, un Français qui a survécu à l'attentat, selon la mairie d'Agno (Tessin, Sud), ville dont elle était originaire. Le couple n'avait pas d'enfant.

Mario Casati, 90 ans, de Milan (nord de l'Italie) et sa compagne Maria Grazia Ascoli, 79 ans. Selon le quotidien italien Blitz, Mario Casati avait un appartement secondaire à Nice où il séjournait avec sa compagne. Veufs tous les deux, ils s'étaient connus sur le tard. Ils étaient à Nice avec un couple d'amis, également décédés dans l'attentat : Angelo D'Agostino, 71 ans, et Gianna Muset, 68 ans, de Voghera, près de Pavie (Nord-Ouest). Ce couple avait également un appartement à Nice et était venu fêter le départ à la retraite d'Angelo D'Agostino, ancien cadre dans l'industrie, selon des médias italiens.

Fatima Charrihi, 62 ans, mère au foyer marocaine de huit enfants (dont une fille morte de la varicelle à l'âge de 3 ans). Elle était arrivée à Nice à vingt ans pour rejoindre son mari maçon et avait été femme de ménage. Portant le voile, elle était décrite par son fils Hamza comme « très pieuse et pratiquante ». Elle « pratiquait un islam du juste milieu. Un vrai islam (...), pas celui des terroristes », a-t-il dit à L'Express, la qualifiant dans Nice-Matin de « maman extraordinaire ».

Igor Chelechko, 47 ans, Belge d'origine russe. Ex-militaire de l'armée soviétique, père de quatre enfants, il vivait à Nice depuis quelques mois, a dit à l'Agence France-Presse Andrey Eliseev, l'archiprêtre de la cathédrale Saint-Nicolas de Nice. « C'était un homme pieux, qui était très positif. »

Magdalena et Marzena Chrzanowska, 21 et 20 ans, deux soeurs de nationalité polonaise. Elles étaient en vacances à Nice avec leurs deux autres soeurs qui ont survécu, a expliqué à l'Agence France-Presse le père Jan Antol, curé de leur paroisse à Krzyszkowice, un village de 2 100 habitants dans le sud de la Pologne. « Elles étaient formidables, très appréciées. Elles aidaient leur père depuis qu'il était veuf. Leur mère est morte il y a quatre ans », a-t-il dit, ajoutant que leur père était « traumatisé ».

Cristian Coman, 34 ans, touriste roumain. Il était en vacances à Nice avec sa femme et leur fils de sept ans, gravement blessés mais hors de danger, a affirmé l'ambassade de Roumanie à Paris en confirmant le décès. La famille habitait en Autriche depuis quelques années et Cristian avait insisté pour venir passer les vacances en France, malgré les craintes de sa femme quant à des attentats. Des membres de la famille venus de Roumanie ont aidé à identifier le jeune garçon, selon le ministère roumain des Affaires étrangères.

Sean Copeland, 51 ans, touriste américain. Ce père de famille du Texas, salarié d'une société informatique, a été tué avec son fils Brodie, 11 ans. Selon le quotidien texan American-Statesman, les Copeland passaient des vacances en famille à Nice, après avoir visité Pampelune et Barcelone, en Espagne. Le club de baseball Hill Country, à Austin, dans lequel jouait Brodie, a posté une photo du garçon sur la plage de Nice, envoyée quelques heures avant l'attentat, avec ce commentaire : « Personne ne mérite ce type de destin, surtout pas une famille aussi formidable ».

Yanis C., 4 ans. Ce garçonnet facétieux et « très en avance » était « un fripon, une canaille, toujours souriant », a raconté son père Michaël à Nice-Matin. Celui-ci a juste eu le temps de saisir sa femme par le bras pour éviter le camion, jeudi soir sur la Promenade des Anglais. Yanis qui jouait avec d'autres gamins à quelques mètres de là n'a pas eu cette chance. Installée à Nice depuis trois ans, la famille est originaire de Grenoble, et devrait y retourner définitivement, selon le quotidien.

Elizabeth Cristina de Assis Ribeiro, 31 ans, coiffeuse brésilienne installée depuis 1998 à Yverdon-les-Bains dans le canton de Vaud en Suisse. Elle a péri avec Kayla sa fille aînée de 6 ans, tandis que son conjoint sauvait leurs filles cadettes de 4 ans et 8 mois, a raconté le quotidien helvétique Le Matin. « J'ai toujours l'image de la petite avant les vacances super souriante, elle nous manquera beaucoup », pouvait-on lire parmi les dizaines de messages de condoléances adressés à la famille sur Facebook.

Roman Ekmaliyan, 56 ans. Géorgien d'origine arménienne, cet homme d'affaires vivait en Belgique. « C'était un homme très intelligent, dans tous les domaines, intéressé par l'histoire, la politique... C'était utile et intéressant de discuter avec lui », se souvient l'archiprêtre de la cathédrale Saint-Nicolas de Nice, Andrey Eliseev.

Rachel Erbs, 39 ans. Cette mère de deux enfants domiciliée à Cessieu (Isère) était secrétaire et « impliquée dans les activités sportives de la commune », a dit à l'Agence France-Presse André Annequin, adjoint au maire. Son mari, blessé dans l'attaque, est sorti de l'hôpital dimanche. Leur fils de 12 ans a été légèrement blessé, tandis que leur fille de six ans est indemne.

Christiane Fabry, 67 ans, et son compagnon Hugues Mismaque, 49 ans, venus en famille de Puget-sur-Argens (Var). Le fils de Christiane, Bruno Villani, graphiste de 42 ans, est également décédé, a confirmé à l'Agence France-Presse Edith Blondeel, adjointe au maire de la commune. Caroline Villani, 44 ans, fille de Christiane Fabry et soeur de Bruno Villani, a quant à elle été blessée. Elle a perdu dans l'attentat son fils aîné, André R., 17 ans, a confirmé Paul Boudoube, le maire de Puget-sur-Argens. Son fils cadet, âgé de 14 ans, est hospitalisé dans un état critique.

Timothé Fournier, 27 ans, buraliste à Paris. Il est mort en protégeant sa femme, enceinte de sept mois, qu'il a poussée sur le côté juste avant que le camion le percute, a raconté à l'Agence France-Presse Anaïs, l'une de ses cousines. « C'était une crème de bonté, un jeune homme rêveur mais qui était toujours là pour sa femme et son futur enfant. »

Narine Gasparyan, 34 ans, de nationalité arménienne. Mariée et mère d'un enfant de deux ans, elle avait déménagé avec son mari récemment à Nice, selon le ministère arménien des Affaires étrangères. « C'était une personne discrète, une mère au foyer qui se consacrait à sa famille », a rapporté à l'Agence France-Presse le père Krikor Khachatryan, curé des Arméniens du Var, des Alpes-Maritimes et de Monaco. Selon le curé, les Gasparyan étaient en compagnie d'autres familles arméniennes sur la promenade des Anglais lorsque le camion a foncé dans la foule. « Le père n'a pu sauver que l'enfant », qu'il a pris dans ses bras pour éviter d'un cheveu le poids lourd.

Carla Gaveglio, 48 ans, était originaire de Piasco en Italie, et se trouvait à Nice avec son mari et sa fille, 14 ans, tous deux blessés. Son décès a été confirmé par le ministère italien des Affaires étrangères. Elle n'avait rien sur elle, ni documents ni téléphone, son sac ayant été perdu dans l'attentat. Un test d'ADN a été effectué sur son père pour faciliter l'identification, selon le quotidien La Repubblica.

Emmanuel Grout, 48 ans, commissaire de police. Numéro 2 de la police aux frontières (PAF) des Alpes-Maritimes, chargé notamment de la gestion policière de l'aéroport de Nice-Côte d'Azur, il n'était pas en service lors de l'attentat. Selon nos informations, il était venu assister au feu d'artifice avec sa compagne, elle-même commissaire de police, et la fille de cette dernière, quand il a été fauché par le camion.

Françoise Hattermann, 55 ans, et son fils Elouan, 12 ans. Originaires de Passy, en Haute-Savoie, ils faisaient partie d'une famille comptant au total six enfants, dont deux autres (une fille de 14 ans et un garçon de 33 ans) ont été blessés. Le père de famille est également dans un état critique, selon la mairie.
Elouan, qui jouait au hockey sur glace, était « un petit gamin mignon, sympa », a décrit Vicky Lorans, présidente du Hockey Club de Saint-Gervais. Françoise était professeure à l'institut médico-éducatif de Passy.

Mehdi H., 12 ans. Le jeune garçon était le fils d'un arbitre de football niçois qui a également perdu sa belle-soeur dans l'attentat. La soeur jumelle de Mehdi est dans le coma, a dit à l'Agence France-Presse Gilles Ermani, président de la Commission des arbitres de la Côte d'Azur à la Fédération française de football.

Olfa Bent Souayah Khalfallah, 30 ans, Tunisienne installée à Lyon. Selon le ministère tunisien des Affaires étrangères, elle se trouvait avec son fils de 4 ans, Killian, lors de l'attentat. Le décès du petit garçon a été confirmé samedi à son père Tahar, qui le recherchait activement depuis la nuit du drame. « Il était vif. C'était une petite bouille toujours en train de rigoler. Il savait ce qu'il voulait. C'était un gamin joyeux, capricieux aussi », a confié Patricia Patapate, une amie, à Nice-Matin.

Bilal Labaoui, 29 ans, Tunisien installé à Nice. Selon le ministère tunisien des Affaires étrangères, qui a annoncé son décès sur Facebook, il était originaire de la ville de Kasserine, dans le centre-ouest du pays. Le soir du drame, il se trouvait en compagnie de son grand frère Walid, qui a réchappé à l'attentat. « C'était un jeune très gentil, généreux », a confié à France Info son cousin, décrivant une personne « passionnée de football » et « qui aimait faire la fête ».

Nicolas (Nick) Leslie, 20 ans, étudiant italo-américain à l'Université de Californie à Berkeley, originaire de Milan en Italie. Surfeur invétéré et amateur de plongée, il faisait partie d'un programme de cours d'été avec 84 autres étudiants. « C'est une nouvelle tragique, dévastatrice », a réagi l'institution en confirmant son identification. Trois autres étudiants participant au programme ont été blessés.

Robert Marchand, 60 ans, était président et entraîneur du club d'athlétisme de Marcigny en Saône-et-Loire, dont il était originaire. Marié et père d'une fille, il devait assister vendredi au meeting d'athlétisme de Monaco avec d'autres membres de son club, sortis indemnes de l'attaque. Le maire de Marcigny, Louis Poncet, décrit à l'Agence France-Presse « un homme très dévoué, qui portait les valeurs du sport et qui les inculquait à tous les enfants qu'il entourait. Il a porté notre petit club d'athlétisme à un haut niveau ».

Camille Murris, 26 ans. Diplômée de Skema Business School, une école de commerce dont l'un des campus se trouve à Sophia Antipolis près de Nice, elle a travaillé trois ans dans la communication, puis est partie pour un long voyage en Amérique latine où elle s'est investie dans l'humanitaire. Un ami la décrit dans Le Figaro comme « une jeune femme pétillante, toujours souriante et prête pour l'aventure », très investie dans la vie associative.

Natalia Otto, 57 ans, résidant en Belgique. Cette Kazakhe d'origine russe, enseignante à l'école paroissiale d'Anvers, avait deux filles, dont l'une vivait à Nice. Philologue de formation, « Natalia était une femme très intelligente et gentille, très bonne, très croyante », selon l'archiprêtre de la cathédrale Saint-Nicolas de Nice, Andrey Eliseev.

Lyubov Panchenko, 59 ans, sa fille Marina Panchenko, 33 ans, originaires de Pavlodar au Kazakhstan, et sa petite-fille Silvia, 2 ans et demi, née en France, ont péri dans l'attentat, a dit à l'Agence France-Presse le consul Bolat Otegen. « Trois anges nous ont quittés », a confirmé une amie de Marina sur Facebook.

Michaël Pellegrini, 28 ans, professeur d'économie au lycée privé des Récollets, à Longwy (Meurthe-et-Moselle). Sur Twitter, des élèves ont salué sa mémoire, en publiant des photos le montrant riant aux éclats dans sa salle de classe. « On perd un collègue. Ce n'est pas un manque, c'est un trou béant que l'on n'arrivera pas à reboucher de sitôt », a confié l'un de ses collègues. Lors du drame, le jeune homme se trouvait avec six membres de sa famille, dont cinq sont décédés. Parmi eux : sa mère, Véronique Lion, 55 ans, assistante maternelle, et ses grands-parents maternels, François et Christiane Locatelli, 82 et 78 ans. C'était « une famille estimée, connue, impliquée dans la vie associative », a déclaré Gérard Didelot, maire d'Herserange, localité de la banlieue de Longwy où ils vivaient.
Les deux dernières victimes, Gisèle et Germain Lion, 68 et 63 ans, sont les beaux-parents de Véronique. Ils vivaient à Bram, dans l'Aude, et étaient « venus passer une soirée en famille », a raconté la maire de Bram, Claudie Méjean, sur la page Facebook de la municipalité. Leur fils Christophe, ex-président du club de rugby de Longwy, installé à Gattières, près de Nice, est le seul survivant de cette famille : il a perdu dans l'attentat son épouse, ses parents, ses beaux-parents et le fils de son épouse, issu d'une première union.

Mino Razafitrimo, 31 ans, assistante de direction. Installée dans la région niçoise depuis douze ans, cette mère de famille franco-malgache était venue assister au feu d'artifice avec ses deux enfants de quatre et six ans. « Tous deux ont survécu », a précisé à l'Agence France-Presse un proche de la victime, qu'il décrit comme une personne « joyeuse » et « très impliquée au sein de la communauté malgache de Nice ».

Zahia Rahmouni, 70 ans, retraitée algérienne. Originaire de Constantine (Est), elle était en visite à Nice chez sa fille, selon les autorités algériennes. Sa fille et son petit-fils, présents aux côtés de la septuagénaire pour le feu d'artifice, ont échappé de peu à la mort, selon des médias algériens : quelques secondes avant le passage du camion, le petit garçon aurait en effet échappé à la vigilance de sa mère, qui aurait couru pour le rattraper, s'éloignant ainsi du passage du camion.

Laurence Rasteu, 46 ans. Cette artiste niçoise aux longs cheveux bruns, passionnée de photographie, avait créé une page Facebook, Seen in Nice, où elle postait ses plus beaux clichés. « Amoureuse de ma ville, je veux vous faire partager en images instantanées mes p'tits et grands bonheurs lors de mes déambulations », peut-on lire dans la description. « C'était une belle personne. Elle aimait la photo, la musique, c'était quelqu'un de très sensible », a décrit le père Yves-Marie Lequin, aumônier des artistes de Nice, confirmant son décès à l'Agence France-Presse. Le père Lequin, qui l'avait croisée à « plusieurs reprises lors de la messe annuelle des artistes », célébrera ses funérailles jeudi en l'église Saint-Pierre d'Arène, dans le centre-ville.

Ludovic R., 15 ans, et sa soeur Ludivine Gomes, 25 ans selon le site d'Outre-Mer Première. Niçois, ils assistaient au feu d'artifice avec leur famille originaire de Guadeloupe, a dit leur cousin sur Facebook. Ludovic « souffrait de symptômes similaires à l'autisme », a-t-il expliqué, cité par Outre-Mer Première.

Laurence Sahraoui (née Tavet), 49 ans. Cette Française mariée à un Algérien a été tuée avec ses deux petits-enfants, Yanis, 7 ans, et Léana, 7 ans, venus lui rendre visite pour les vacances. Cette Niçoise, employée de cuisine scolaire, avait selon Le Parisien rencontré son mari alors qu'il travaillait dans un piano-bar de la Promenade des Anglais. Elle s'était convertie à l'islam pour l'épouser.

Viktoria Savtchenko, 20 ans, touriste russe. La jeune femme étudiait à l'Université des Finances auprès du gouvernement russe, à Moscou, a dit l'établissement dans un communiqué. Elle se trouvait à Nice en vacances avec une amie, étudiante dans la même université. Cette dernière a été blessée, d'après le site russe Novosti-24.

Mohamed Toukabri, quinquagénaire tunisien. Originaire de Béja (nord du pays), il travaillait comme mécanicien à Nice, selon le ministère tunisien des Affaires étrangères.

Amie V., 12 ans, collégienne niçoise fille d'une institutrice et d'un journaliste du magazine Ressources. « Elle était très bonne élève. C'était une boulimique de lecture. Une ado joyeuse bien dans son temps, bien dans ses baskets, pleine d'humour, souvent décalé », a raconté son père à Nice-Matin."

Attentat à Nice du 14 juillet 2016

Cette nuit du 14 juillet 2016 nous avons été attaqués pendant un jour symbôlique de notre République, symbôle de liberté, égalité et FRATERNITÉ. 

L'obscurantisme s'attaque à notre cohésion fraternelle et républicaine, à force d'avoir peur je n'ai plus peur,j'ai peur pour l'avenir de nos enfants,  j'ai l'espoir en eux.

Lire la suite

×