Débarquement de Provence le 15 août 1944, devoir de mémoire à l'armée B (dit indigènes)

À partir du 15 août 1944, ce sont environ 260 000 combattants de « l'Armée B » française, dirigée par le général Jean de Lattre de Tassigny, qui sont arrivés dans le Sud de la France. Ils débarqueront dans les mois qui suivent, dont 5 000 auxiliaires féminines ; 10 % étaient originaires de la métropole (les « Français libres » du général de Gaulle ayant déclaré Alger capitale de la France Résistante ) et d'Afrique noire (près de 10 000), 90 % venaient d'Afrique du Nord dont une écrasante majorité pour les départements d'Algérie ; parmi ces derniers, 52 % étaient d'origine nord-africaine (près de 100 000 musulmans) et 48 % étaient d'origine européenne (les pieds-noirs).

Dans les grandes unités, le pourcentage de soldats nord-africains variait de 27 % à la 1reDB à 56 % à la 2e DIM.

Par type d'arme, ce pourcentage était d'environ 70 % dans les régiments de tirailleurs, 40 % dans le génie et 30 % dans l'artillerie. (source :
- http://www.france24.com/fr/20140815-debarquement-provence-tirailleur-senegalais-toulon-liberation-veteran/
- http://www.france24.com/fr/20140820-liberation-paris-combattants-noirs-2e-division-blindee-africains-mademba-sy
-Jacques Frémeaux, « Les contingents impériaux au cœur de la guerre », Histoire, économie et société, Éditions C.D.U. et S.E.D.E.S., vol. 23, no 1-4, 2004, p. 223.)"

Retour
×